La punaise de lit est un insecte arthropode hématophage :

  • Arthropode : Possède un squelette externe, ce qui explique les mues successives relatives à la croissance de l’insecte. Ces fameuses mues peuvent être vues, et signe d’une infestation en cours.
  • Hématophage : Qui se nourrit de sang. Le principal hôte de la punaise de lit est l’homme. Toutefois, on la retrouve aussi comme parasite de certains oiseaux. En l’absence d’humain, elle peut également se nourrir de sang animal. (rongeurs/chiens/chats)

L’expertise d’une habitation mets à jour une contamination de punaises par des hirondelles – INELP

Ses caractéristiques :

  • Taille d’un pépin de pomme
  • Brune, forme ovale est extrêmement plate.
  • Entre 4 mm et 6 mm de long au stade adulte, et à jeun.

Elle peut prendre une couleur rouge-sang, après s’être nourrie. Cette coloration est d’autant plus visible sur les individus de stades « immatures », c’est-à-dire les insectes qui ne sont pas encore adultes.

Les punaises de lit n’ont pas d’ailes et ne vole pas.

Les punaises ne sautent pas (comme les puces)

Cycle de vie de la punaise de lit :

On distingue 7 stades :

  • les œufs
  • les jeunes (stades immatures, qui ne se reproduisent pas)
  • les adultes

Hormis les œufs, tous les stades ont besoin de sang pour vivre et passer au stade de croissance supérieur.

La punaise de lit en quelques chiffres :

Source Eco-Flair

Le retour des punaises de lit dans nos habitats, depuis les années 2000-2010

La punaise de lit est un des plus anciens parasites de l’Homme, déjà identifié durant la préhistoire. Elle a pourtant disparu de notre quotidien après la seconde guerre mondiale, grâce à l’usage massif d’insecticides très puissants et rémanents (mais aussi extrêmement toxiques pour les humains). Ces insecticides de type DDT (dichlorodiphényltrichloroéthane) sont à présent interdit dans beaucoup de pays, ce qui explique le retour progressif des punaises de lit, accéléré par la mondialisation des échanges et des déplacements.

Les sources de contaminations

Les punaises de lit se développent à l’endroit où elles sont déposées, et toujours à proximité immédiate de l’homme. Par la suite, elles contaminent rapidement le lieu, et se rependent de façon exponentielle à l’environnement alentours (chambres/pièces voisines, gaines techniques, appartements voisins, immeuble, quartier, bâtiment recevant du public/moyen de transport, puis enfin dans toute la ville, et les villes, les pays)

Au niveau d’une pièce et d’un point de contamination, elles n’ont de raisons de se déplacer, pourvu qu’elles trouvent un hôte humain pour se nourrir. Elles vont se déplacer si elles sont dérangées (par exemple par un traitement inefficace ou partiellement efficace) ou quand la colonie grandit (essaimage), ou de façon involontaire (sur un vêtement, un objet, un meuble…)

On les retrouve donc principalement chez les particuliers, dans les lieux publics (hôpitaux, salles de spectacles.), les lieux d’hébergement de tout type, les moyens de transports (ferroviaires/routiers/aériens/maritimes)

Il est à noter que nul n’est responsable de ces contaminations, mais que tous les secteurs d’activités touchés subissent ces infestations, et le déficit d’image parfois important. Pourtant, une prise de conscience est bien là, et beaucoup des acteurs impactés investissent dans la lutte contre les punaises de lit et la prévention des infestations de punaises de lit.

Les modes de déplacement/propagation

Attention ! L’usage d’un répulsif est toujours inefficace : En effet, à ce jour aucun répulsif n’a réellement prouvé une efficacité. De plus, des punaises gênées par l’usage d’un produit quelconque vont se déplacer dans une pièce voisine, ou dans l’appartement voisin, avant de revenir de toute façon. De plus, elles vont aussi aller se réfugier où la gêne pour elles même sera minimisée, à savoir dans les cloisons, les réseaux, les planchers. Il est donc nécessaire, de s’informer et de réfléchir avant d’agir, sans se précipiter, afin de mettre en place une méthode de lutte efficace.

On distingue deux modes de déplacement :

  • Déplacement actif : Les punaises se déplacent par elles même. Elles se déplacent quand elles sont dérangées (par un traitement inadapté ou imparfait par exemple, ou l’utilisation de recettes « de grand-mère » comme le bicarbonate, le vinaigre blanc et autre répulsifs.)
    Les punaises de lit se déplacent aussi pour essaimer, lorsque leur nombre à un certains endroits devient trop élevé. Les femelles peuvent aussi se déplacer pour chercher des endroits isolés, à l’écart du harcèlement des mâles.
  • Déplacement passif : Les punaises se déplacent malgré elles : par un aspirateur, un meuble, dans une valise, sur un vêtement…