Il ne s’agit pas d’imposer une méthode définitive et spécifique de détection canine de punaises de lit mais d’informer le public au sens large, les clients de la détection canine de punaise de lit, et les partenaires de ce service du bon déroulé ce type diagnostic.
Il existe plusieurs types de diagnostics, qui tous utilisent la détection canine de punaises de lit :

Diagnostic préventif

Il sert à desceller une infestation avant même qu’elle ne devienne une nuisance. Cela permet de réduire considérablement les coûts de traitement et les efforts de préparation pré-traitement, car la zone contaminée sera minime. Elle sert également à prévenir les nuisances pour les clients, dans le cas d’hôtels par exemple, ou de salles de spectacle. Globalement, tout lieu recevant du public.
La technique peut différer s’il s’agit d’une détection préventive, ou d’une détection post-traitement.

Diagnostic avant traitement

Ce diagnostic peut avoir plusieurs fonctions :

  • Une levée de doute : La présence de punaises de lit n’est pas certaine, il s’agit de le déterminer avec certitude, et de mettre en place une conduite à tenir pour éradication
  • Cibler les zones de traitement : Une détection canine va permettre de déterminer avec précision les zones touchées à traiter.

Diagnostic de contrôle après traitement

Cette détection canine de punaises de lit a pour but de savoir s’il reste des punaises vivantes ou des œufs, afin de parfaire le traitement, ou alors de se voir délivrer un certificat de non-présence de punaises de lit.

Déroulé d’une action de détection canine de punaises de lit et de diagnostic d’infestation :

On se présente sur le lieu à inspecter dans un premier temps sans le chien renifleur de préférence. Si cela n’est pas possible, le chien doit être capable de rester tranquillement au pied de son maître lors de l’échange avec le propriétaire, l’occupant…

Étape 1 : questionnaire entomologique auprès du client :

Il a pour but de déterminer le contexte d’une éventuelle infestation, et de la comprendre au mieux :

  • Nuisances oui ou non,
  • Depuis quand ?
  • A quelle fréquence ?
  • Derniers déplacements, hébergements… ?

Il existe une cinquantaine de questions qui peuvent permettre à l’expert d’envisager une dynamique d’infestation, ou même dans certains cas, de déjà commencer à l’exclure.

Étape 2 : inspection visuelle et préparation au passage du chien détecteur :

  • Inspection visuelle des lieux
  • Retirer ou déplacer les objets, fils électriques, etc. qui pourraient gêner l’expert et son chien lors de son travail de recherche ou en cas de risque de détérioration (un vase par exemple..). Pour autant, il ne s’agit pas de tout déplacer ni de modifier l’arrangement habituel des pièces…
  • On isole les animaux domestiques.
  • On ferme les ouvrants sur l’extérieur (fenêtres, portes..) pour éviter les déplacements d’air durant les détections canines. (cela devrait être fait une heure au moins avant les passages du chien, quand cela est possible). Le plus souvent, toutes les explications sont fournies avant le passage de l’expert, via les informations de préparation au passage du chien renifleur)

Étape 3 : la détection canine de punaises de lit :

Le travail de détection de punaises de lit du chien en conduite libre ou systématique (guidée), avec ou sans laisse selon le dressage du chien et la configuration des lieux à inspecter. Des méthodes mixtes peuvent être employées.

Méthode libre : Le chien effectue la recherche par lui-même, sous l’œil de l’expert qui contrôle le bon travail de recherche du chien.

Méthode guidée ou systématique : Le chien suit son conducteur-expert, qui désigne le cheminement du chien, et les zones/le parcours de recherche.

Méthode mixte ou hybride : Combinaison des deux types de recherche.

Aucune méthode ne peut être désignée comme meilleure qu’une autre. Il s’agit de la préférence de travail des experts conducteurs de chiens, des méthodes de dressage, et parfois du travail à effectuer.

En cas de marquage du chien, on peut, dans la mesure du possible, essayer de confirmer la présence de punaises de lit visuellement. Cela n’est pas toujours évident selon la zone de marquage (lattes de sommiers, plinthes, chevets…). Dans tous les cas, aucun mobilier ne doit être démonté !

La détection canine terminée, on doit mettre le chien dans le véhicule, d’où l’intérêt d’avoir un véhicule adapté au transport d’animaux (cage, box, gamelle d’eau, aération etc…) pour le confort et la sécurité de tous.
Si cela est impossible, on garde le chien à son pied qui doit rester tranquille.
On ne laisse jamais divaguer un chien.

On relate à ce moment-là par oral, le passage d’expertise et notre diagnostic au client, propriétaire, à l’occupant…
Le diagnostic est corréler au questionnaire entomologique réalisé au début de la prestation.
On peut alors, conseiller, guider, sur la suite à donner et établir un plan de lutte ( préparation des locaux, les différents moyens de traitement possible…), et de prévention…
Un rapport écrit sera également transmis au propriétaire ou au mandataire.
Le rapport doit comporter l’adresse du lieu inspecté, le nom du propriétaire ou de l’occupant, la date, le nom de l’expert et de son chien détecteur, le contexte, les zones infestées s’il y en a, le diagnostic, et les conseils de conduite à tenir. Plus généralement, ce rapport doit comporter des photos si vous le souhaitez, et tous les éléments qui donneront un maximum de détails sur l’infestation, ainsi que sur les suites à donner.

Le temps passé sur place dépend bien évidemment de la surface à inspecter, mais également de toutes les questions que vous pouvez avoir, et du conseil pour la conduite à tenir qui sera donner immédiatement sur place.
Pour information, un logement de taille standard (entre 50 et 90m2 environ), s’inspecte avec un temps sur place pour effectuer la prestation complète d’une heure au maximum, sauf circonstance particulière. Ce temps comprend l’échange initial sur les lieux, ainsi que la réponse à vos questions, une fois la détection terminée.
Sauf cas particulier, aucun mobilier ne doit être démonté !

Il s’agit bien évidemment d’une moyenne, le contexte, la taille, l’encombrement du logement, les questions et demandes de conseils feront varier ce temps indicatif.

En aucun cas l’expert ne devrait démonter votre mobilier, ou s’attarder plusieurs heures sur les lieux. Cela n’est absolument pas un gage de sérieux ou de professionnalisme.

Étape 4 : Envoi et réception d’un rapport d’expertise :

Un rapport d’expertise complet, avec constat, diagnostic, et conseils doit vous être envoyé.
Un suivi client doit être possible, vous devez être en mesure de pouvoir contacter et d’avoir un retour de l’entreprise qui a réalisé l’expertise pour vous.